Dento Budo Dojo

Ne pas se battre , ne pas subir.

 

 

Le passage de grade 2017 ...

 

 

Cette année, au Dento Budo Dojo, une candidate se présentait pour le passage de la ceinture noire. Les années précédentes, la grippe entravait systématiquement Nathalie pour cette épreuve tant attendue pour le shodan. Enfin, sa présence fut effective, et dans de bonnes conditions.

       Un mois de mars positif pour Nathalie puisque l'aboutissement fut couronné par le succès, que nous attendions tous... Une forme de délivrance après tant d'années de préparation.

       Une préparation soutenue par les sempai du dojo (Patrick, Didier et Sébastien), constamment, avec une volonté manifeste tant pour eux que pour Nathalie. La récompense a pu être au rendez-vous suite à cette épreuve tant physique que psychologique.

       Les ceintures noires ont ce souvenir, personnel, mais bien encré dans la mémoire du corps... du prix "à payer" pour aboutir à ce niveau.

      Un niveau malgré tout qu'il faut bien relativiser... car d'autres épreuves se profilent devant soi sur ce chemin qui n'en finit jamais. La ceinture noire au niveau shodan (le premier niveau), est l'entrée dans les "études supérieures". C'est là qu'on commence vraiment l'étude du karatédo. La base étant posée -et qui reste toujours à être améliorée- il s'agira de rentrer davantage dans la profondeur. Une profondeur qui verra ses objectifs changer en cours de route...

       Les niveaux supérieurs dans la graduation du ryu parlent d'eux-mêmes. Dans la Tradition, le titre que l'on porte a un véritable sens. Preuve d'une technique qui murit au cours de l'évolution, surtout dans les premiers niveaux de la ceinture noire, mais aussi celle de l'esprit dans les niveaux supérieurs. C'est cette compréhension, subtile, mariant le corps et l'esprit, qui démontre cette position. Malheureusement, dans certains milieux "martiaux", il y a parfois une discordance entre le soi-disant grade porté par la personne et la personnalité de celle-ci. Mais dans ce cas, nous ne sommes plus dans le Budo... n'est-ce pas!

       Un grand bravo pour Nathalie de tous les budokas du dojo. Et surtout... nos encouragements pour poursuivre ce chemin qui réserve tant de surprises.

OHTSUKA sensei, et aussi Sanchin du style Uechi-ryu.

Nathalie J. et Roland Habersetzer lors de la remise du diplôme de la ceinture noire.


Soké Roland Habersetzer saluant et remettant à
Nathalie son diplôme pour l'obtention du shodan.

 

Soto uke, effectué par Nathalie.

 

Nathalie -deuxième en partant de la droite-
lors de l'exécution d'un soto uke chudan.

 

tate nukite uchi

 

En kumite, Nathalie effectuant un
tate nukite d'une grande précision.


... et le stage Koshiki kata

 

Le dimanche matin fut consacré au Koshiki kata. Le contraste avec la pratique du Tengu-ryu karatedo est réel mais les karatekas en redemandent chaque année... car les racines sont bien là.

       Nous savons que de véritables secrets d'efficacité existent dans la pratique de ces formes anciennes, à condition toutefois d'y consacrer beaucoup de temps; construire l'"interne" l'exige! Au Dento d'ailleurs, notre sensei explique ces apports de l'ancien qu'on peut mettre dans le moderne, tout en respectant les koshiki qui ne doivent pas être altérés si l'on veut garder les clés qui leur appartiennent. C'est une réflexion très intéressante lorsqu'elle est s'illustrée par des kumite.

       Pour la première fois, un kata de style Goju-ryu nous fut enseigné par O-Sensei Habersetzer, reçu par feu O-Sensei Tsuneyoshi OGURA, Seienchin, pour le citer, connu de certains karatekas. Notre sensei, Jean-Claude Bénis, en connait lui-même deux formes différentes : l'une venant de Noguchi sensei -une forme ancienne- et une venant du Goju de O-Sensei Meitoku YAGI qui est okinawaienne.

       D'autres formes anciennes fut revues pour corriger les inévitables erreurs qu'on peut aisément cumuler avec le temps.

       Notre prochain rendez-vous sera celui du stage de Printemps que nous attendons avec impatience, sans pour autant vouloir accélérer le temps... nous ne sommes pas pressés de vieillir !

groupe koshiki


Quelques karatékas du Dento Budo Dojo lors du stage.