Dento Budo Dojo

Ne pas se battre , ne pas subir.

 

 

 

Stage de Tengu-ryu Karaté-do

 

à Bruxelles...

 

 

 

Une escapade en Belgique pour un stage de Tengu-ryu Karaté-do sous la houlette des deux plus anciens experts du CRB-IT, Alex HAUWAERT et Jacques FAIEFF, nous attendait durant ces vacances de février.

      Plus d'une quarantaine de karatékas au rendez-vous, venant même d'Allemagne et de Suisse, se sont retrouvés avant notre prochain stage autour des Koshiki kata qui aura lieu le mois prochain. Mais en attendant, révision pour certains, apprentissage pour d'autres, des fondamentaux du Tengu-ryu. Les déplacements ont été mis à profit pour les kumité présentés par Jacques ou Alex.

      L'ambiance, toujours aussi conviviale, dégageait une atmosphère sérieuse et studieuse. Le kata Jitte du style shotokan ainsi que le Rokkishu (du vieux style de la Grue selon feu O-sensei Tadahiko OHTSUKA) furent présentés. A cela, de nombreux renzoku-waza, ainsi que des kumité venaient complétés l'apprentissage auquel furent rajoutés les Kumité-kata un et sept avec leurs différentes formes. Cela donnait un programme riche pour la journée du samedi.

stagiaires au stage de Tengu-ryu karaté-do à Bruxelles

 

Un bon groupe au stage de Tengu-ryu karaté-do à Bruxelles.

      Un travail qui parfois mélangeait les ceintures noires avec les ceintures de couleurs faisait apparaître ce très bon état d'esprit propre à notre école, le Tengu-ryu. Avant d'être ceinture noire, ce long apprentissage passe forcément par une forme de parrainage des ainés sur la Voie. C'est aussi pour cela qu'une ceinture noire doit se tourner vers les plus jeunes dans la pratique, pour encourager l'effort et ainsi progresser.

 

      Un moment important de ce stage fut également le kata « Kara-Ho Tengu-no-Kata ». Comme son intitulé l'indique, ce kata à main vide fait partie de notre école et est le fruit d'une création effectuée par Soké Roland Habersetzer. Simple d'un point de vue technique, mais très compliqué dans sa mobilisation… « Inutile d'y mettre de la technique, cela existe déjà assez



Jacques FAIEFF

 

Jacques FAIEFF lors d'une démonstration.

 

 

 

 

 

logo crb-it

 



Siegfried HÜBNER

 

Siegfried dans une phase d'un renzoku waza.

suffisamment par les autres katas existant dans tel ou tel style, mais c'est l'état mental qui doit être ici davantage travaillé. », propos d'un autre stage effectué par le Soké. Cela n'exclu pas ce même travail mental dans les autres katas, mais c'est l'accentuation qu'on y porte qui est ici davantage mis en avant. Cela en fait une véritable difficulté... Mais à chacun de la mesurer.

      C'est avec enthousiasme que nous nous sommes tous quittés, après ce bon moment de partage. Des souvenirs ainsi s'ajouteront à la mémoire de chacun...

      Et pour nous, direction Paris pour une autre aventure budo... Après la pratique de l'externe… l'interne nous attendait.

Février 2017

 

Jean-Claude Bénis

 

 

 

 

 

 

Page suivante